Le Sherlock Holmes lyonnais

Edmond Locard, père de la police scientifique française

Edmond Locard (1877-1966) est médecin légiste. Rapidement, il s’oriente vers la criminalistique qu’il décrit comme «l’étude scientifique du crime». Parmi ses très nombreux ouvrages, le Traité de criminalistique en 7 volumes devient rapidement le livre de référence de la Police scientifique, grâce à son étude détaillée des méthodes scientifiques de l’enquête criminelle (empreintes, traces, falsification, études dactylographiques).

En 1910, il installe au Palais de Justice de Lyon un service d’anthropométrie, ancêtre de l’actuel Laboratoire de police scientifique d’Ecully (Rhône). Edmond Locard y travaille à l’identification des criminels en utilisant deux techniques complémentaires : la méthode anthropométrique fondée sur une série de mesures caractéristiques et la méthode dactyloscopique fondée sur l’étude des empreintes digitales. La même année, Edmond Locard résout sa première enquête grâce à la dactyloscopie.

Petite histoire du musée du Crime

Edmond Locard installe dans les combles du Palais de justice de Lyon un petit musée du Crime où il réunit toutes sortes de curiosités : coupures de journaux, armes, passe-partout, photographies de criminels et objets leur ayant appartenu, catalogues de tatouages relevés sur le corps de suspects, etc.

collection_criminalistique

Insolite : Les collections d’Edmond Locard sont aujourd’hui conservées à L’école nationale supérieure de la Police à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or à côté de Lyon.

L’École nationale supérieure de la Police, installée à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, est dépositaire d’une partie des collections provenant du musée du Crime de Locard. Elle propose une visite virtuelle de cette collection criminalistique, accompagnée d’un petit guide à télécharger : visite virtuelle de la collection criminalistique de l’ENSP

L’improbable rencontre entre Locard et Conan Doyle

bande-a-bonnotEn 1925, Arthur Conan Doyle  se rend en France à l’occasion d’un Congrés spirite qui se tient à Paris. L’écrivain, toujours curieux des dernières avancées scientifiques, a entendu parler des travaux du docteur Locard. Il prolonge donc son séjour français à Lyon, où il demande à rencontrer Edmond Locard et à visiter son musée du Crime. Durant sa visite, il tombe en arrêt devant un portrait : «Mais c’est Jules, mon ancien chauffeur !» Locard est ébahi. Il regarde à son tour le portrait et s’écrie: «C’est impossible, cet homme est un bandit, Jules Bonnot…» Il s’agit bien du meneur de la fameuse bande à Bonnot, qui terrorisa Paris en 1911-1912 par ses braquages spectaculaires en auto. Mais avant de sombrer dans le crime organisé, l’homme a vécu en Angleterre où il s’est employé comme mécanicien et chauffeur, passant quelques mois de 1910 au service de Conan Doyle !


Choisi pour vous sur le thème « Enquête »
19_mai2017_soupcon
TétrasLire n°19 Soupçon
9_juin2016_indices
TétrasLire n°9 Indices

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :